Blog

C’est avec enthousiasme que j’ai entamé le premier chapitre de mon séjour à Athènes en septembre dernier, grâce au soutien de l’Institut canadien en Grèce et de la bourse Elizabeth Alfoldi-Rosenbaum. Au cours des premières semaines, j’ai fait la découverte du nouveau domicile de l’ICG, dont les spacieux et lumineux locaux sont très invitants. Le déménagement étant toujours en cours, j’ai pu bénéficier d’un accès à la bibliothèque de la British School at Athens, dont les ouvrages ont grandement fait progresser mes recherches doctorales. Cet accès fut toutefois de courte durée, puisque le contexte de pandémie actuel à entrainer la fermeture de l’établissement pour les non membres.

En octobre dernier, Jonathan Tomlinson, assistant directeur de l’ICG et moi-même avons eu le  privilège de faire la connaissance du Ministre des affaires étrangères du Canada, l’Honorable François-Philippe Champagne, lors de son passage à Athènes, ainsi que de M. Mark Allen, ambassadeur du Canada en Grèce. La rencontre s’est déroulée dans le cadre d’une visite officielle de l’Acropole. Ce fut l’occasion de discuter du rôle de l’Institut en Grèce, mais aussi de mettre de l’avant les résultats des fouilles de la Mission archéologique Gréco-Canadienne d’Argilos, auxquelles je participe depuis 2013.

En novembre, j’ai séjourné quelques semaines à Amphipolis, au nord de la Grèce, pour faire l’étude du mobilier céramique d’époque hellénistique, mis au jour à Argilos. Je tiens à remercier le prof. Jacques Perreault et M. Zizis Bonias (directeurs de la fouille), ainsi que Mme Dimitra Malamidou (éphore des antiquités de Serres) de m’avoir donné accès à ce matériel. Ce séjour m’aura permis d’isoler et de reconstituer plusieurs vases d’époque hellénistique, qui seront intégrés à ma thèse de doctorat.

Je ne saurais passer outre le contexte de pandémie qui a perturbé certains de mes déplacements, mais également mon accès aux bibliothèques de la BSA et de l’École française d’Athènes, ainsi qu’aux sites archéologiques. Je me suis également vu dans l’impossibilité d’assister à des conférences et de faire la connaissance de spécialistes liés à mon domaine, pour lesquels j’étais très enthousiaste. Heureusement,  les nombreuses ressources de la bibliothèque de l’ICG ont rendu possible la poursuite de mes recherches, tout en respectant les mesures sanitaires gouvernementales.

Enfin, les premiers mois de mon séjour n’auraient pas été les mêmes sans l’accueil chaleureux de Jonathan Tomlinson et de Christine Sylvester, stagiaire à l’Institut. J’ai également eu la chance de rencontrer un groupe d’étudiantes des Instituts finlandais et norvégien d’Athènes, ainsi que d’échanger avec certains membres de l’American School of Classical Studies at Athens (ASCSA), lors des rendez-vous hebdomadaires au pub « Red Lion », une tradition de l’ICG.

Laure Sarah Ethier
Boursier Elisabeth Alföldi-Rosenbaum 2020-2021