Blog

C’est avec beaucoup d’émotion que j’écris aujourd’hui ce blog sur mon séjour de 9 mois à Athènes comme récipiendaire de la bourse Alföldi-Rosenbaum. Avant même mon arrivée à l’ICG le 1er septembre 2016, j’avais le pressentiment que ma langue maternelle serait mise à contribution et je ne m’étais pas trompé. Ma tâche principale à l’institut fut de commencer la traduction de quelques sections clés du Portail vers le passé du site internet de l’ICG. Le projet de la mission archéologique d’Argilos fut priorisé, puisque la mission célébrera ses 25 ans de fouille lors d’un colloque qui se déroulera le 25, 26 et 27 mai prochains au musée archéologique de Thessalonique. Je suis très reconnaissant envers David Rupp (directeur) et Jonathan Tomlinson (directeur adjoint) qui ont su me guider à travers les différentes étapes de mon travail à l’institut. Je crois fermement que l’ICG joue un rôle majeur dans la communauté archéologique d’Athènes et je tire une grande fierté d’avoir été boursier dans cette institution. Mention spéciale aux amis de l’ICG : Ailidh, Acacia, Jacob, Mark et Holly !

En ce qui a trait à mes recherches personnelles, ce séjour en Grèce m’a permis non seulement de progresser dans ma quête de données, mais aussi d’utiliser les meilleures bibliothèques d’archéologie grecque au monde, d’assister à de nombreux séminaires et conférences et de rencontrer plusieurs spécialistes de mon domaine d’étude, notamment lors de la présentation de mon projet doctoral à l’ICG. À deux reprises, j’ai eu la chance de me rendre dans le nord de la Grèce afin de poursuivre la prospection aérienne des fortifications et du territoire dont je fais l’étude. Tout ceci n’aurait pu se concrétiser, n’eût été l’intervention de Jonathan Tomlinson qui s’assura de l’obtention de tous les permis et autorisations pour l’utilisation de mon drone et de l’aide, du soutien constant et de la générosité de mon directeur de thèse, Jacques Perreault, dans cette région accueillante où il est très influent. J’aimerais aussi remercier ma chère amie Stéphanie Briaud qui s’assure de corriger le français de pratiquement tous les travaux et communications que j’écris, Ηλίας Δαλακούρας qui m’aida grandement lors de ma prospection en Chalcidique et Ζήσης Μπόνιας, codirecteur de la mission archéologique d’Argilos.

Sur le plan social et culturel, habiter la Grèce m’a permis de vivre une panoplie d’expériences inoubliables et de rencontrer des gens exceptionnels. Le rendez-vous hebdomadaire canadien au pub Red Lion (où Jonathan me battait systématiquement aux dards) fut d’ailleurs le premier vecteur de socialisation. J’ai également rencontré plusieurs nouveaux amis et collègues par le biais des différentes soirées dans les écoles étrangères (particulièrement les écoles américaine et britannique). Mon excursion à Kamena Vourla avec mes amis britanniques (Tom, Lucy, Josh, Petros) est gravée à jamais dans ma mémoire. J’ai aussi profité de ma présence à Athènes pour perfectionner mon grec à l’école Lexi-Logos. Je tiens à remercier Panayiotis qui enseigne le grec moderne avec passion et à mes amis français, italiens, hispaniques qui partagent avec moi cet amour pour la culture grecque.

Un autre point saillant de mon expérience à Athènes : la visite de mon ami de longue date, Samuel. Nous avons profité de son passage pour explorer le mont Pélion et fêter Pâques en Thessalie, une magnifique région que je n’avais jamais visitée.

Après huit étés passés en Grèce et 1 an à Athènes, mes parents ont finalement décidé de traverser l’Atlantique afin que je leur fasse découvrir l’univers archéologique et culturel dans lequel je gravite. C’était pour moi un grand bonheur de leur faire visiter Athènes, Santorin, Nafplio, Monemvasia ainsi que de nombreux sites archéologiques. Mes parents ont tellement donné afin que je réalise mes rêves que c’était finalement mon tour de redonner, quoi que ce soit bien peu comparativement à tout ce qu’ils ont fait pour moi. Merci pour ces beaux moments, je vous aime.

Finalement, cette aventure n’aurait jamais été la même sans la présence de mes deux petites sœurs (même si elles jouent plus souvent qu’autrement le rôle de grandes sœurs), Tania et Laure. Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de faire la liste des activités que nous avons faites ensemble, puisqu’elles sont trop nombreuses, mais j’ajouterai simplement que je n’oublierai jamais aucun des moments passés avec vous et que j’ai été choyé de vous avoir à mes côtés lors de cette aventure.

Merci à tout le monde et à l’ICG !
Keven Ouellet
Boursier Elisabeth Alföldi-Rosenbaum 2016-2017